Faits divers

Faux libertins, vrais policiers... pour un contrôle pas tout à fait comme les autres, au sauna Jaurès à Orléans

Faux libertins, vrais policiers... pour un contrôle pas tout à fait comme les autres, au sauna Jaurès à Orléans
Photo d'archives. © BESSEYRE Christelle
Un contrôle inopiné et presque rien à reprocher au sauna libertin orléanais, qui malgré le Covid, poursuit son activité tant bien que mal...

"Il était 22 heures environ, vendredi 16 octobre. Un couple s'est présenté à l'accueil, sans masque, sans mettre de gel hydro non plus. On leur a dit de mettre le masque et du gel. Ils se sont présentés comme des novices du libertinage. Puis une fois entrés, l'homme a montré sa plaque de police et fait entrer six autres personnes..." 

Gilles, patron du sauna libertin Jaurès, sur le boulevard du même nom à Orléans, n'était pas présent ce soir-là. C'est son employé qui lui a raconté comment la police est venue contrôler son établissement, que l'on imagine sous tension en ce moment, tant ce qui s'y passe en temps normal n'est pas franchement compatible avec la distanciation physique en vigueur depuis des mois. Ce type d'établissement a toujours le droit d'ouvrir ses portes (pour l'heure), profitant d'un statut un peu particulier ; ni bar, ni boîte de nuit. Il est classé dans la même catégorie que les salles de sport (*).

Le tour de l'établissement avec une lampe électrique

"Le contrôle s'est très bien passé, sourit Gilles, joint par téléphone ce lundi 19 octobre en milieu d'après-midi. Sur la trentaine de clients présents, il y a juste eu un monsieur qui avait un masque sur le menton et qui a donc été verbalisé. 135 euros. Mais c'est normal. Les policiers ont ensuite contrôlé tout l'établissement avec leur lampe électrique, dans la bonne humeur." Covid oblige, ils ont demandé à deux hommes assis côte à côte pourquoi ils ne respectaient pas la distanciation physique. "Ils ont répondu qu'ils étaient en couple..." ajoute Gilles. 

Au sauna, un protocole est tout de même à respecter. "On prend la température des clients quand ils arrivent puis ils doivent garder le masque et mettre du gel hydroalcoolique. Évidemment, on a moins de monde en ce moment, l'activité a diminué de 50%. Les libertins ont peur et attendent de voir comment la situation évolue." 

La police est repartie satisfaite, vendredi soir, félicitant même le salarié pour la tenue de l'établissement. Lui s'est permis une boutade, leur faisant remarquer que si tout le monde faisait attention dans le sauna, eux étaient rentrés avec leurs chaussures, non désinfectées...
(*) Le bar du sauna fermera à 22 heures, à partir de ce lundi 19 octobre, comme partout ailleurs dans la métropole d'Orléans. L'établissement est classé en catégorie X (ça n'est pas une blague),  parmi les "autres activités sportives" (ça n'est toujours pas une blague), comme les salles de sport, donc.   

Florent Buisson